A la dérive

Tel un ciel fatigué d’illuminer
Les pensées de l’abîme
J’ai vu au loin ce marin
Aiguisé l’ombre de ses racines

Un corps épuisé de vivre
Au sel d’une pensée oubliée
Le ressac pour métronome
Sur la terre il vacille

Cet homme est la mer
Une bouée pour les égarés
Tel un phare, un guide
Jusqu’à ne plus avoir de forces

Il s’efforce d’être le signe
Le pas qui éclaircit l’horizon
Un passage au milieu des courants
Un ange sublimant l’océan.

MioModus.

Publicités
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour A la dérive

  1. Sedna dit :

    Nous cherchons tous cette balise pour éclairer notre chemin de vie.

    • MioModus dit :

      Elle existe à la croisée des lunes sur la route du Cap de bonne espérance.
      Le voilier va reprendre la mer mais je vous laisse de la lecture avec la sortie de mon 1er recueil de poésie disponible dans quelques jours…

  2. Sedna dit :

    J’espère vous retrouver vite dans cet espace où votre plume remplit mon regard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s